">
Teleclub Sports

LA BANDE À PEREZ EST AU BOULOT

Ruche ou fourmilière, vous choisissez. À Granges-Paccot, le ballon est roi du lundi au dimanche. Confortablement installé dans son fauteuil, on n’imagine pas forcément tout le travail en amont d’une semaine de directs en tout genre.

À Granges-Paccot, aux Portes de Fribourg, ils sont trente-sept – en incluant les pigistes – à vivre au rythme du ballon rond. Suisse, Italie, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Écosse, Ligue des Champions ou encore Europa League, autant de terrains de jeu que Maïque Perez et ses ouailles investissent le temps de 90 minutes… et un peu plus si on y inclut tout le dispositif mis en place par la rédaction pour chaque match. Du lundi matin tôt au dimanche soir tard, ce ne sont que cogitations, réunions et confrontations d’idées qui fleurissent à tout bout de champ, histoire de refléter au mieux l’événement qui s’annonce. Cette semaine, c’est le Chef lui-même qui nous sert de guide…

 

LUNDI

« Le lundi, c’est jour de séances ! Si les premiers membres de la rédaction et de l’encadrement administratif arrivent dès 7h30, c’est à 10h que le rythme s’emballe.  Ça commence pour les producteurs par le premier contact de la semaine avec les collègues de Zurich, en video-conférence et chacun dans sa langue nationale. On débriefe. À 11h, la rédaction se réunit. En une grosse heure, c’est à un tour de table détaillé que les journalistes se soumettent, revenant sur les émissions et matches du weekend écoulé. Une discussion importante puisqu’elle les propulse directement vers la préparation des rendez-vous de la semaine à venir. Qui fait quoi, où, comment et avec qui.

Dans la foulée, tous les collaborateurs de Teleclub vont se plonger dans la préparation des matches du lendemain, les commentateurs de la Ligue des Champions s’envoleront vers de lointaines destinations. C’est aussi le jour où les clubs reçoivent nos premières demandes d’entretiens ou de tournages. En général, la collaboration est bonne. »

 

MARDI

« C’est l’effervescence à Granges-

Paccot. Une soirée européenne, ça se travaille. Dès la veille, le contenu des avant- et après-matches a été discuté et les conducteurs préparés. En début d’après-midi, producteur, présentateur, réalisateur principalement établissent le script définitif de la soirée. Le présentateur appelle les commentateurs sur place pour caler

leurs échanges d’avant-match. Séances à 15h30, 18h, tests à 19h. Il est 20h30, Le direct démarre pour 3h15 de foot non-stop. Entretemps, les consultants sont arrivés, ils passeront vite au maquillage avant de rejoindre le plateau. À 23h45, les écrans s’éteignent. Dans Le temps

additionnel, tous les buts de tous les matches ont été analysés, les interviewes diffusées. Un dernier mail du prod’ à tous les collaborateurs pour faire un bilan de la soirée et on part se coucher. » 

 

MERCREDI

« Nuit plutôt courte puisque le lendemain, tout le monde est sur le pont. Comme la veille à Fribourg, mais aussi à Volketswil. Lors de chaque soirée de Champions League, des commentateurs de la rédaction romande se déplacent au sein de la maison-mère : trop de matches à commenter et pas assez de cabines en Romandie. Le processus est le même que la veille :

à 20h30, la Suisse du football nous regarde. Mais pas seulement…

Parallèlement, ce soir-là –collision malencontreuse – les amateurs de hockey sur glace ont droit à un tour complet de Coupe de Suisse.

Avec un seul studio à Fribourg, il faut donc décentraliser une deuxième émission en parallèle. Ce mercredi, c’est à Sierre que le producteur Régis Baeriswyl s’est entouré d’une fine équipe de production. Les téléspectateurs de Teleclub pourront garder un œil en direct sur chaque sport. Tout le monde, beaucoup plus tard, rentrera à la maison. Nous ne restons à l’hôtel que s’il n’y a plus de train ou plus de deux heures de route.»

 

JEUDI

« Les journalistes de Teleclub sont des oiseaux de nuit. Si on ne les voit guère avant midi au bureau, la ruche est très active pendant les douze heures suivantes. L’Europa League, ça peut paraître moins prestigieux, mais ça donne autant de boulot que sa grande sœur, voire plus car tous les matches se déroulent le même soir contre deux en Champions League. Du coup, on doit faire des choix. Il faut aussi savoir que nous dépendons de certaines obligations contractuelles ainsi que de nos collègues alémaniques pour arriver à un bon compromis. Pour les Coupes européennes, nous avons des commentateurs sur place et une ribambelle de journalistes qui viennent égrainer leurs résumés en fin de soirée sur le plateau. Ils suivent chacun deux à trois matches simultanément. Pas facile.»

 

VENDREDI

« Trois jours de foot européen de très haut-niveau, puis trois jours de foot suisse ! Parfois le contrat est saisissant. La Challenge League, c’est notre rendez-vous traditionnel du vendredi. Comme toujours nous ouvrons notre studio un quart d’heure avant le coup d’envoi du match. Mais qu’il s’agisse d’un match de Champions League ou de deuxième division helvétique, le processus de préparation reste le même. Durant la deuxième partie de la semaine se rajoutent encore les tournages et montages liés à l’actualité ou encore la production de notre magazine ADN retraçant le parcours d’une personnalité du foot. Le vendredi, c’est assez chaud car les minutes sont comptées : on prépare les séquences techniques du weekend, les images d’archives, on complète les conducteurs d’émissions tout en gardant un œil sur l’actualité qui pourrait bouleverser le sommaire d’une émission. Les commentateurs, eux, comptent environ quatre heures de travail pour se mettre à jour avant le match qui leur a été attribué.»

 

SAMEDI

« Bien sûr que la partie la plus visible de notre job, c’est le weekend. Toutes nos forces sont engagées sur le terrain ou en studio. Ce sont les deux seuls jours où, potentiellement, les différents responsables de la rédaction ne mettent pas les pieds à Zurich pour les nombreuses séances stratégiques que nous avons chaque semaine. Là, on ne parle que de sport ! Le samedi donne souvent le ton du weekend et il nous permet de poser les bases de notre Temps additionnel du dimanche à 18h qui revient sur tous les matches du championnat du championnat de Suisse. Mais il n’y a pas que la Raiffeisen Super League. Plusieurs pigistes interviennent également pour commenter nos traditionnels rendez-vous du foot étranger ou encore de NHL principalement. Et ça, ça se fait souvent au milieu de la nuit. On a d’ailleurs un lit et une couette au bureau pour ceux qui doivent commenter entre 1h et 4h du matin… »

 

DIMANCHE

« Très longue journée football sur Teleclub. Pour les passionnés, elle commence à midi. Avec un match de Serie A en direct en ouverture, Teleclub sera 100% foot jusqu’à 20h. Au moins. Car s’enchaîneront ensuite rediffusion, Le direct de Raiffeisen Super League, Le Temps additionnel et enfin Match après Match. Dès 16h, nous proposons un studio avec nos directs de l’après-midi. Parfois, nous rajoutons même un mini-studio sur un match avec invités et consultants sur place, histoire d’être vraiment au cœur de l’action. Notre pari ensuite : refaire le weekend, voire la semaine s’il y a lieu, entre 18h et 20h. En 120 minutes, le principal doit être vu, revu et analysé. Ah oui, il faut encore prendre la pose pour les réseaux sociaux, c’est important. On peut nous suivre principalement sur Facebook, Instagram et notre chaîne Youtube. Pour la rédaction de Teleclub, on clôt une belle semaine, mais plusieurs d’entre nous vont encore revisionner leur prestation à la maison, histoire de faire encore mieux la prochaine fois. »

CHF 19.90/mois
S’ABONNER MAINTENANT
OK