">
Teleclub Sports

« EN GÉNÉRAL, IL Y A TOUJOURS DU FOOT »

Le No 2 de la rédaction envisage difficilement une journée sans football. Ou sans course à pied, sa deuxième passion. En charge de l’organisation générale entourant les coupes européennes, Rohrbach se plonge désormais dans la future Patrouille des Glaciers.

 

Disons-le d’emblée, Rohrbach aime bien l’humour décalé. Ça peut aider lorsque, comme bras droit de Maïque Perez, le chef de la rédaction francophone de Teleclub, il faut gérer une équipe performante, mais parfois… turbulente. Ou disons… à fort caractère. Alain vit donc le jour « au bout d’une ventouse, une nuit d’octobre à Bienne », lâche-t-il le plus sérieusement du monde. Du coup, si vous imaginez lui soutirer le nom du sportif qu’il admire le plus, il vous répondra « Loïc Reffet (ndlr : un autre journaliste de Teleclub), un sportif complet et franchement… quel bel homme ! ».

 

Bref, le presque quinqua ne veut pas se prendre la tête, lui l’ancien élève timide et appliqué, issu d’une famille de footeux. « Oui, trois mecs : mon père, mon frère et moi, tous dans le foot. Maman en a souffert… N’en parlez pas trop à mon entourage, mais le sport fait partie de ma vie depuis que je marche », reprend le bonhomme qui avale  quasi-quotidiennement quelques kilomètres de bitume et de sous-bois. Après avoir été aussi arbitre de très bon niveau. « Fan de Sport (ndlr : ancienne émission de la TSR), ça vous dit quelque chose ? C’était mon rendez-vous du dimanche. Les plus jeunes ne peuvent pas connaître. » Lorsque l’occasion de se tester en conditions du direct se présente, Rohrbach n’hésite pas. « Dès mon plus jeune âge, j’ai voulu en faire mon métier. À 18 ans, j’ai gagné le concours de jeunes commentateurs organisé par la Télévision Suisse Romande. La récompense, c’était deux semaines de stage à Genève où j’ai eu l’énorme privilège de rencontrer Boris Aquadro. Il m’a définitivement transmis le virus lors d’un entretien qui restera à jamais gravé dans ma mémoire. J’ai commenté mes premiers matches de hockey sur RJB en 1988. Cette passion ne m’a plus jamais quitté. »  Et c’est donc très logiquement qu’entre une carrière dans les assurances et un job de journaliste parlant sport, le choix n’a pas été très difficile. « Le mercato d’hiver entre Radio Jura Bernois (RJB) et Teleclub s’est fait en 2009. C’est la faute à Philippe Ducarroz, un découvreur de talents qui a aussi lancé David Lemos, Marc-André Berset ou Mathieu Juttens… (il se marre) ».

 

Aujourd’hui, le commentateur de la dernière Ligue des Champions jongle entre Coupes européennes et Patrouille des Glaciers. La collaboration avec Canal 9 sera renouvelée « pour présenter un programme qui avait fait l’unanimité il y a deux ans. Nous avions même notre propre patrouille dans une épreuve que les téléspectateurs valaisans et de Teleclub avaient pu suivre en direct. On remet ça en 2020. Un  très gros projet. » Les yeux s’illuminent. L’oreille se tend. Il y a un match sur un écran lointain. « En général, il y a toujours du foot. Allez demander à mon amie… »

CHF 19.90/mois
S’ABONNER MAINTENANT
OK