">
Teleclub Sports

DES JEUNES À DÉCOUVRIR

La National Hockey League est et restera encore longtemps le Graal de tout hockeyeur. Certains la touchent du bout des doigts, mais peinent à s’y imposer malgré d’évidentes qualités. D’autres, à l’exemple du Suisse Nico Hischier qui avait été d’emblée dominant pour aider New Jersey à enfin se (re)qualifier pour les séries, ont vu leur rêve se réaliser. Et chaque saison, ils sont près de deux-cents-vingt à essayer d’obtenir un contrat au sein des trente-et-une franchises du circuit Betmann à l’occasion du repêchage annuel, avant souvent d’être renvoyés dans les ligues de formation. Ne leur reste plus qu’à piquer… à distance la place des joueurs bien établis. Pas facile.

Il n’empêche que s’il est statistiquement prouvé qu’un ou deux quadragénaires sont indispensables dans l’alignement d’un prétendant au titre suprême, les « débutants » ne sont pas en reste. Dernier cas en date, celui du portier Jordan Binnington qui a fait ses débuts en NHL en janvier dernier et soulève le trophée six mois plus tard. Une surprise, clairement, comme nous en découvrirons d’autres sur Teleclub ces prochains mois. Cerains autres semblent déjà promis à un bel avenir, en voici une très courte sélection subjective…

 

Elvis Merzlikins (Lettonie)

Et puisque l’on parle de gardien, le futur Binnington sera-t-il… Elvis Merzlikins ? Le portier du HC Lugano a donc quitté la Corner Arena après six ans rythmés de hauts et de bas. Mais suffisants pour en faire un portier de niveau international. Aucune garantie, toutefois, de se retrouver d’emblée devant les filets de Columbus. D’abord, le fait d’avoir été élu deux fois meilleur gardien du championnat de Suisse n’est que très anecdotique pour l’observateur américain. Ensuite, il se retrouvera confronté au Finlandais Joonas Korpisalo qui se retrouve propulsé No 1 suite au départ de Bobrovski à Florida. Pas de quoi l’impressionner, le portier letton compte à son actif bien plus de matches chez les pros que son concurrent, il a su se montrer patient avant de tenter l‘aventure suite à son repêchage datant déjà de 2014. On a le sentiment que la hiérarchie n’est pas établie devant la cage des Blue Jackets.

 

Kaapo Kakko (Finlande)

Tout frais repêché mais déjà star, et pas seulement dans son pays. Sans surprise, le jeune Finlandais de 18 ans s’est fait coiffer lors de la dernière Draft par Jack Hughes, les deux joueurs dont on savait déjà qu’ils rencontreraient toutes les faveurs des deux premières organisations de NHL à faire leur choix. Les New York Rangers ont donc signé un attaquant techniquement largement au-dessus de la moyenne et déjà capable physiquement de s’en aller directement vers le but adverse. Lui manque toutefois encore cette constance – on l’a bien vu lors du dernier championnat du monde – qui lui permettra de devenir un joueur majeur comme l’a été rapidement l’ailier droit du TPS Turku et ex-Zurichois Auston Matthews en 2016 pour ses débuts avec Toronto (69 points). Kakko ne fera pas de la figuration est sera sans doute un incontournable au Madison Square garden dès cette saison.

 

Alexandre Texier (France)

C’est la dernière pépite du hockey français. On l’a découvert en Suisse lors de la dernière Coupe Spengler avec KalPa Kuopio et sur Teleclub en fin de saison dernière puisqu’il fut appelé durant les séries par Columbus pour y disputer huit matches (plus deux de saison régulière). Sa progression a néanmoins été un peu freinée par des blessures qui l’ont, notamment, fait rater son mondial à Paris il y a deux ans. Mais la progression du Grenoblois est tellement linéaire que l’Hexagone va le suivre tout particulièrement, déjà que sa 45e place lors de la Draft 2017 avait été suivi avec attention par la presse tricolore. Encore un signe qui ne trompe pas. Bref, Alexandre Texier vient compléter un contingent tricolore de qualité en NHL (avec encore Bellemare et Roussel) et deviendra vite un atout pour une équipe de Columbus au contingent largement renouvelé.

 

Jack Hughes (États-Unis)

Tout le monde le voyait No 1 universel du dernier repêchage, il n’a pas manqué le rendez-vous. Jack Hughes a tout d’un (futur) grand. Si l’on se réfère au dernier mondial des moins de 18 ans, ses 32 points en 14 matches le placent devant, par exemple, un Alexander Ovechkin au même âge. Dans tous les cas, ses talents de pointeurs ne sont déjà plus à démontrer et devrait se situer aux alentours de… Nico Hischier (on y revient) au niveau de sa productivité pour sa première saison avec New Jersey. Et si finalement les Devils commençaient à profiter du rajeunissement du cadre mais aussi de renouvellement du talent de la franchise en ayant bénéficié de deux No 1 en trois ans ? Et si, finalement, les projecteurs braqués sur Hughes cette saison, ne rendaient pas un fier service au Valaisan, enfin débarrassé d’une très grosse pression médiatique qu’il n’aime guère. Et si, finalement, New Jersey faisait son retour en playoffs ?

CHF 19.90/mois
S’ABONNER MAINTENANT
OK